PUBLICATION

La Correspondance économique

La Correspondance économique

La Correspondance économique 
– 25 janvier 2021 –

L’Institut des Hautes études de Défense Nationale lance une nouvelle formation dédiée aux questions de Défense et Sécurité Économique

L’Institut des Hautes études de Défense nationale (IHEDN), dont le conseil d’administration est présidé par Mme Sylvie BERMANN, ambassadrice de France, et dont le directeur est le général de corps d’armée Patrick DESTREMAU, lance le recrutement des auditeurs pour sa prochaine session nationale 2021.

Cette nouvelle session nationale comportera, outre un socle commun de formation proposé à l’ensemble de ses quelque 250 auditeurs, 5 majeures spécifiques : une majeure “Politique de défense”, une majeure “Armement et économie de défense”, une majeure “Enjeux et stratégies maritimes”, une majeure “Souveraineté numérique et cybersécurité”, ainsi qu’une toute nouvelle majeure ” Défense et sécurité économique”.

Destinée aux hauts responsables des différents secteurs du monde économique, directement concernés par les questions d’Intelligence et de sécurité économiques, aux cadres dirigeants du secteur privé et chefs d’entreprise, aux hauts fonctionnaires civils et militaires, mais aussi à des personnalités issues du monde politique, du monde universitaire ou encore du monde des médias, la majeure DSE accueillera en septembre prochain 40 auditeurs issus de différentes sphères d’activité. Ces responsables de haut niveau y partageront leur expérience et leur expertise, et engageront “une réflexion stratégique portant sur les moyens à mettre en œuvre pour assurer de manière optimale la sécurité économique sur tout le territoire comme à l’international”.

La nouvelle majeure “Défense et sécurité économique” proposera ainsi à ses auditeurs de s’interroger sur les politiques et les dispositifs à mettre en œuvre pour protéger et promouvoir les intérêt stratégiques de la France et de ses entreprises, partant d’un constat : le durcissement des pratiques concurrentielles et la montée du nationalisme économique obligent l’Etat et les entreprises appartenant à des secteurs stratégiques à “protéger notre patrimoine technologique et notre savoir-faire”, avec notamment “la mise en œuvre de dispositifs de sécurité adaptés aux nouvelles menaces”, alors que les atteintes à la sécurité économique prolifèrent sous des formes variées, et que “l’interdépendance globale accroît les risques de perte de contrôle et l’affaiblissement de la souveraineté”.

La formation proposée aux auditeurs comprendra 8 modules spécifiques : “les nouvelles frontières technologiques” ; “autonomie stratégique et sécurité économique” ; “la souveraineté numérique” ; “Enjeux juridiques” ; “Spécificité de la Base industrielle et technologique de défense (BITD) française” ; “Menaces et sources de déstabilisation” ; “Le déploiement territorial de la politique de sécurité économique” ; et “le renseignement d’intérêt économique”.
Les inscriptions seront closes le 28 février prochain. Les entretiens de sélection se dérouleront de mars à juin. La liste des candidats retenus sera publiée au “Journal officiel” dans la première quinzaine de juillet.