Les acteurs de la défense : le rôle du capital humain dans la souveraineté nationale

Comité 3

L’importance de la souveraineté et du capital humain paraît indiscutable, et la question du ren­forcement de leur connexion semble tout autant une évidence dans la période de crise sanitaire que nous traversons, que dans de nombreux autres domaines où l’État cherche à exercer sa volonté et assurer la sécurité de sa population. Cependant, passé le moment de relever quelques truismes sur un sujet qui pourrait paraître galvaudé, l’étude plus profonde de ces deux termes soulève rapidement de nombreuses questions.

En effet, avant d’imaginer contribuer au renforcement de la souveraineté nationale en s’appuyant sur les acteurs de la défense, il est important d’en circonscrire d’abord les limites et les angles d’analyse. Il s’agit ensuite d’essayer d’identifier des leviers pertinents, des champs d’application concrets pour que notre rapport soit un tant soit peu opératoire. Cela a constitué une étape importante de nos échanges et a permis in fine d’orienter nos recherches, les personnalités qui éclaireraient utilement la réflexion, malgré des circonstances sanitaires peu favorables a priori aux entrevues. Sans que nos recommandations soient profondément novatrices, elles proposent d’exercer une action cohérente et coordonnée dans un certain nombre de champs d’action dis­ponibles et actionnables. Finalement, il apparaît que plus que de se concentrer sur les acteurs en propre de la défense, que l’on pourrait vouloir captifs, il s’agit plus radicalement de faire émerger au sein de la nation et donc de sa population les conditions d’un renforcement des compétences et de la conscience de l’importance des enjeux de défense. Il s’agit également de favoriser les brassages et donc une meilleure perméabilité du monde de la défense à l’intérieur de la nation.

Le rapport ci-après est le fruit des réflexions du comité 3 de la 57e session nationale « Armement et économie de défense » IHEDN, étoffées par les entretiens menés auprès d’acteurs variés du Minarm et de son environnement.

Après avoir défini les différents termes du sujet dont notamment le lien entre le capital humain et la souveraineté (chapitre II), nous aborderons les piliers de la souveraineté retenus dans le cadre de cette étude (chapitre III) : modèle d’armée complet, cyberdéfense, Service de Santé des Armées et Base industrielle et technologique de défense. Ces piliers ont permis de déterminer une typologie des personnalités à auditionner selon une méthodologie adaptée (chapitre IV). L’analyse thématique (chapitre V) résultant de l’exploitation des entretiens a conduit à l’identifi­cation de recommandations (chapitre VI) dont certaines sont majeures pour le lien armée-nation et la cyberdéfense (chapitre VII).