Rechercher
Fermer cette boîte de recherche.

Escale à Toulon pour la Majeure « Enjeux et stratégies maritimes » de la 2e session nationale de l’IHEDN

Après le lancement du module sur les acteurs et les moyens de la stratégie, les auditeurs de la majeure « Enjeux et stratégies maritimes » ont appareillé pour Toulon pour rencontrer des acteurs qui conduisent les opérations en mer et découvrir leurs moyens.
Après le lancement du module sur les acteurs et les moyens de la stratégie, les auditeurs de la majeure « Enjeux et stratégies maritimes » ont appareillé pour Toulon pour rencontrer des acteurs qui conduisent les opérations en mer et découvrir leurs moyens.

Pour leur première escale dans un port les 18 et 19 novembre, les auditeurs ont été plongés dans les enjeux stratégiques de la Méditerranée et l’univers interministériel de l’action de l’État en mer. Ils ont ainsi pu rencontrer ceux qui y assurent quotidiennement la défense des intérêts de la France et la sécurité des Français.

Les auditeurs de la majeure « Enjeux et stratégies maritimes » en escale à Toulon.

Le séminaire a été ouvert par le vice-amiral d’escadre Gilles Boidevezi, commandant de la zone maritime Méditerranée et préfet maritime de la Méditerranée. Il a présenté les grands enjeux stratégiques de la France en Méditerranée, espace maritime impacté par des crises et des menaces majeures : la guerre en Ukraine, mais aussi le terrorisme et les trafics d’armes, de stupéfiants et d’êtres humains. Il a également évoqué les grands enjeux liés au climat et à la préservation de la biodiversité marine qui figurent au cœur de ses préoccupations de préfet maritime responsable de la conduite de l’action de l’État en mer sous l’autorité de la Première ministre.

Présentation des enjeux maritimes en Méditerranée par le vice-amiral d’escadre Gilles Boidevezi

Les auditeurs ont ensuite rencontré les acteurs des opérations aéronavales : le vice-amiral Daniel Faujour, chef d’état-major de la force d’action navale, le contre-amiral Serge Bordarier, commandant la force maritime de l’aéronautique navale et le capitaine de vaisseau Jérôme Colonna d’Istria, commandant l’escadrille des sous-marins de la Méditerranée. Ils ont ainsi pu découvrir les nouveaux moyens de la Marine – navires de surface, sous-marins et aéronefs. Mais ils ont également évoqué les difficultés rencontrées pour répondre à un besoin opérationnel non prévu lors du dimensionnement du format de la Marine, pour maintenir en condition opérationnelle les équipements les plus anciens ainsi que pour recruter et fidéliser des marins dans un contexte de forte sollicitation des équipages.

Table-ronde sur les opérations aéronavales

L’après-midi, dédiée à l’action de l’État en mer, débuta par une visite du CROSS* Méditerranée (CROSSMED) où les auditeurs furent accueillis par son directeur, Philippe Michaud. Au cœur de ce bras armé du préfet maritime, qui lui permet de mobiliser l’ensemble des moyens de l’État intervenant en mer, les auditeurs ont pu constater concrètement l’efficacité de cette organisation interministérielle.

*Centre régional opérationnel de sécurité et de sauvetage.

L’administrateur en chef des affaires maritimes Philippe Michaud en pleine explication au CROSSMED

La coordination exercée par le préfet maritime s’est manifestée lors de l’intervention du commissaire général ancrage Marine Thierry de La Burgade, adjoint du préfet maritime pour l’action de l’État en mer.

Le commissaire général Thierry de La Burgade répond à la question d’une auditrice

Cette journée s’acheva par une plongée dans les abysses grâce à une conférence d’Arnaud Schaumasse, spécialiste de l’archéologie sous-marine et directeur du Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM). Il a su leur communiquer sa passion pour les richesses que recèlent les épaves du « plus grand musée du monde » qui, outre leur exceptionnel intérêt culturel et historique, peuvent représenter de véritables enjeux stratégiques et géopolitiques.

Arnaud Schaumasse débattant avec les auditeurs

Le lendemain matin, la visite du porte hélicoptère amphibie Mistral conduite par son commandant, le capitaine de vaisseau Olivier Roussille, et celle du sous-marin nucléaire d’attaque Casabianca avec son commandant et son commandant en second les capitaines de frégate Brice Lagnel et Paul Barbottin ont permis d’aborder plus concrètement les concepts et théories abordées la veille.

A la passerelle du porte hélicoptères amphibie Mistral avec son commandant, le capitaine de vaisseau Olivier Roussille

Mais ce fut surtout l’occasion pour les auditeurs de rencontrer des marins jeunes, enthousiastes et particulièrement compétents qui ont su leur faire partager leur passion pour un métier exigeant, exercé avec de fortes contraintes dans un environnement parfois difficile et confiné.

Avant de rejoindre leurs pénates la tête remplie d’émotions fortes, les auditeurs ont conclu leur séminaire le samedi après-midi par leurs travaux de comité déclinant dans le domaine maritime le thème de « la défense nationale face à l’affirmation des puissances » qui a été confié à leur réflexion par la Première ministre.

Autour des capitaines de frégate Brice Lagnel et Paul Barbottin devant le Casabianca
Auditeurs en travaux de comité