Rechercher
Fermer cette boîte de recherche.

La guerre du Sport

Ce livre fait un état des lieux de l’instrumentalisation politique du sport. Pour cela, les auteurs reviennent sur des événements clés comme les Jeux de Sotchi en 2014 utilisés par la Russie pour signifier son retour sur la scène internationale, les Jeux d’hiver de 2022 où Xi Jinping et Vladimir Poutine ont déclaré leur « amitié […]

La bataille de Dien Bien Phu

A travers 165 images issues des archives de l’armée française, Pierre Journoud raconte la bataille de Dien Bien Phu. Plus précisément, il revient sur les origines de cette bataille ainsi que certains épisodes clés du dernier affrontement majeur de la guerre d’Indochine, comme l’opération Castor (le largage des paras du lieutenant-colonel Bigeard dans la cuvette […]

Quand de Gaulle libère Paris, juin-août 1944

Dans l’esprit d’une chronique, ce livre revient sur le voyage de retour en France du Général de Gaulle à la fin de la seconde Guerre mondiale jusqu’à la libération de Paris. Jean-François MURACCIOLE, Paris, Odile Jacob, 2024 Plus d’information

Chartres accueille la 238e session en région Centre-Val de Loire

Ce sont 49 nouveaux auditeurs qui ont été accueillis mardi 21 mai dans les murs de la Préfecture d’Eure-et-Loir pour participer à l’ouverture de cette 238e session en région. Au programme des quatre prochaines semaines : conférences sur les enjeux stratégiques de la France, visites de sites industriels et militaires et découverte des acteurs institutionnels de la défense et de la sécurité.

35esession européenne des Responsables d’Armement

Groupe de la SERA

La session européenne des Responsables d’Armement est une session qui s’articule traditionnellement autour de 4 semaines de formation, 2 semaines en France et 2 semaines. Ils se rendront cette année en Autriche et en Suède. Cette session regroupe 85 auditeurs issus de 24 pays et de 6 institutions internationales. L’objectif de cette session est d’échanger sur les problématiques européennes actuelles en matière de défense.

Les partenaires non étatiques de l’Iran au Moyen-Orient : des proxys, vraiment ?

Le Hezbollah libanais, les Houthis yéménites, des factions armées chiites irakiennes ou même, plus singulièrement, le Hamas et le Jihad islamique palestiniens sont souvent présentés comme des proxys iraniens au Moyen-Orient. L’idée sous-jacente est que la clé pour influer sur les actions de ces groupes serait d’exercer une pression maximale sur Téhéran. Seulement, si le soutien matériel iranien à ces organisations non étatiques est avéré, cela n’implique, par nature, ni un alignement idéologique total ni un lien de subordination évident. Parler en termes généraux masque une réalité vraisemblablement diverse en matière de contrôle effectif de l’Iran sur la direction des opérations des entités considérées. Cette note d’analyse met ainsi en lumière les limites d’une compréhension de la relation entre Téhéran et les mouvements armés qui lui sont affiliés via le seul prisme de la notion de proxys.