Trois scénarii possibles pour une contre-offensive ukrainienne

Entretien avec les chercheurs Philippe Gros et Vincent Tourret, auteurs d’une note pour la Fondation pour la recherche stratégique qui dresse un bilan intermédiaire du conflit et trace quelques perspectives.
Trois scénarii possibles pour une contre-offensive ukrainienne

Tous deux spécialistes des questions militaires et opérationnelles, Philippe Gros est maître de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), alors que Vincent Tourret est chercheur associé à la FRS et doctorant à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Ils sont les auteurs de la note intitulée « Guerre en Ukraine : analyses et perspectives », publiée le 6 avril par la FRS à partir d’une étude réalisée entre décembre 2022 et mars 2023, qui s’intéresse notamment aux capacités de l’armée ukrainienne dans la perspective de la contre-offensive annoncée par Kiev. Pour l’IHEDN, ils actualisent ici leurs travaux sur les diverses voies et conséquences de cette opération.

APRÈS L’ÉCHEC GLOBAL DE L’OFFENSIVE RUSSE ET LES EFFORTS DE PRÉPARATION UKRAINIENS, QUEL EST AUJOURD’HUI L’ÉTAT DU RAPPORT DE FORCE ?

Tout d’abord, il convient de rester extrêmement prudent tant nombre d’incertitudes subsistent sur l’état des forces des deux belligérants. Elles sont particulièrement nombreuses en ce qui concerne les forces ukrainiennes, comme depuis le début de cette guerre. On peut cependant avancer que ce rapport de force est actuellement à l’avantage de l’Ukraine.

Sur le plan des volumes de force, le dispositif russe déployé compterait moins de 400.000 hommes, ce qui est cohérent avec un volume prêté au début de l’offensive d’hiver de 500.000 hommes environ, amputé 5 mois plus tard d’environ 100.000 pertes selon les Américains -un chiffre assez crédible.

Cependant, cet appareil de force masque de grandes disparités. L’ordre de bataille opérationnel ne peut être approché qu’avec beaucoup d’approximation : les diapositives américaines qui ont fuité montrent que le renseignement américain comptait fin février 544 bataillons de mêlée (infanterie et chars), environ pour moitié relevant de l’armée régulière, qui comprend également la plupart des unités d’artillerie et de soutien, et pour l’autre des PMC (à commencer par Wagner), des milices du Donbass et surtout des régiments territoriaux. Or, l’essentiel des unités de Wagner ainsi qu’une majorité de bataillons de l’armée régulière, parmi les plus capables, ont été mis hors de combat par l’offensive (déjà 40% d’unités régulières étaient hors de combat fin février selon ces planches).

Actuellement, le site Ukraine Control Map liste environ 140 régiments ou brigades d’infanterie et 20 unités de chars pour l’ensemble de l’armée russe et confirme les données américaines selon lesquelles près de 90% de ces forces sont en Ukraine. Seules une vingtaine d’unités sont non localisées, restent en réserve ou en reconstitution, notamment en Biélorussie. Un analyste ukrainien compte lui environ 115-120 régiments de mêlée déployés (soit peut-être 450 bataillons). Cependant, le nombre d’unités réellement opérationnelles de cet ordre de bataille est inconnu, mais il est sans doute largement inférieur étant donné les pertes et la difficulté à les compenser avec de nouveaux combattants dans ce laps de temps. Il apparaît ainsi que les forces les plus opérationnelles qui vont affronter l’offensive ukrainienne sont majoritairement des territoriaux, encore moins bien équipés et entraînés que les unités de l’armée régulière.

CAPACITÉS ET ÉQUIPEMENTS SEMBLENT À L’AVANTAGE DE L’UKRAINE

De son côté, l’armée ukrainienne a probablement une certaine supériorité numérique. En effet ses pertes ont certes été lourdes, mais moindres que celles des Russes, et ont été compensées par le renforcement capacitaire. Les forces déployées, qui ont absorbé l’offensive russe, comprennent 34 grosses brigades interarmes, 13 brigades d’artillerie de l’armée régulière et 27 brigades des forces de défense territoriale.

Surtout, l’armée ukrainienne semble être parvenue à constituer cette fameuse masse de manœuvre de 12 nouvelles brigades interarmes dont 9 entraînées par les alliés (auxquelles il faut ajouter au moins trois brigades d’artillerie et plusieurs de soutien). Il faut y ajouter les 9 nouvelles brigades d’infanterie de la garde nationale, de moindre dimension.

Au total, on peut donc penser que l’armée ukrainienne aligne maintenant, par comparaison avec les Russes, environ 350 à 400 bataillons de mêlée, des unités en général bien plus étoffées que leurs homologues russes, dont une centaine fraîches à plein effectif.

L’équipement est également à l’avantage des Ukrainiens. Une diapositive du renseignement américain décomptait il y a trois mois à peine plus de 400 chars et moins de 3 000 blindés russes sur le théâtre contre 800 chars et plus de 3 500 blindés ukrainiens, dont une moitié livrée par les alliés (avec environ 100 chars et plus de 500 véhicules blindés de combat occidentaux, supérieurs techniquement aux équipements russes). L’écart s’est forcément accentué depuis, dans la mesure où le rythme du renforcement russe, cadencé par la restauration de leur stock, a fait la démonstration qu’il ne suivait pas celui des pertes liées au combat et à l’usure opérationnelle. Même dans l’artillerie, Kiev est désormais en supériorité numérique face à Moscou, avec 2 300 pièces contre 1 200. Les chiffres américains, indiquant que plus de 2700 pièces russes sont « en garnison », viennent abonder notre raisonnement sur le niveau d’usure atteint par l’artillerie russe.

Gare cependant ici au trompe-l’œil : le manque de munitions d’origine soviétique contraint au silence les deux tiers de l’artillerie ukrainienne, qui ne peut reposer que sur les 900 pièces occidentales en service.

“LES RUSSES NE PEUVENT OBTENIR DES EFFETS DESTRUCTIFS QUE SUR DES PORTIONS DE FRONT RÉDUITES”

Le seul domaine dans lequel Moscou dispose encore d’un ascendant est celui du volume de munitions. Les deux belligérants sont cependant drastiquement rationnés, au regard de leurs pratiques opérationnelles classiques. Les Russes ne peuvent obtenir des effets destructifs que sur des portions de front réduites. Si les livraisons des stocks américains sont au rendez-vous, les Ukrainiens auront une courte fenêtre de quelques semaines durant laquelle ils disposeront d’une puissance de feu minimale suffisante pour la majorité des tâches tactiques planifiées.

Enfin, sur le plan tactique, l’échec patent de l’offensive russe témoigne que, au moins sur un plan défensif, l’armée ukrainienne a clairement démontré un ascendant sur les forces russes. Cependant, une nouvelle étude du RUSI britannique, fondée sur des sources ukrainiennes, montre que l’armée russe continue de s’adapter face à ses insuffisances, plus d’ailleurs pour survivre que pour générer de nouvelles solutions de supériorité. Par exemple, les techniques d’infanterie d’assaut appuyées par les feux ont recueilli beaucoup de publicité mais avec un paradoxe : la Russie cherche à compenser par une infanterie peu formée ses déficiences techniques et matérielles, alors qu’elle continue de souffrir d’une carence structurelle en capital humain.

On sait que la guerre électronique russe pose de sérieux problèmes aux Ukrainiens. Elle parvient également, de façon encore non-systématique mais au sein de ses forces les mieux entraînées et motivées (VDV, Spetznaz, Wagner), à remettre sur pied des complexes de reconnaissance-feux mieux intégrés, suffisamment mobiles et réactifs pour limiter la contre-batterie ukrainienne. Pour autant, ces innovations sont-elles généralisables, en termes d’équipements et de formation, au reste des troupes russes ? Ce n’est pas du tout évident.

Du côté ukrainien, les incertitudes sont encore plus grandes. Les facteurs de fragilité mis en lumière à Bakhmout n’ont certainement pas disparu comme par enchantement. Elles sont largement issues de la difficulté à réaliser le syncrétisme entre héritage soviétique, culture otanienne et pratiques opérationnelles locales, et se traduisent par exemple dans l’hétérogénéité de ses unités et de leurs structures de commandement. De plus, de multiples interrogations demeurent sur la complétude de ses ressources pour l’offensive, par exemple concernant les moyens du génie et surtout le soutien logistique, la profondeur des stocks de munitions, la maintenance de ses matériels, etc.

Une dernière incertitude concerne le milieu aérien : les frappes régulières de basse intensité menées par les Russes vont-elles parvenir à suffisamment épuiser le stock de missiles sol-air ukrainien, que l’on sait maintenant dangereusement bas ? Si c’est le cas, les forces aériennes russes ont-elles la ressource pour tenter d’entraver en interdiction ou en appui aérien approché l’offensive ukrainienne ? Étant donné leur manque de pilotes et leur usure probable, cela paraît douteux mais on ne peut l’exclure.

QUELLE PHYSIONOMIE POURRAIT PRENDRE LA CONTRE-OFFENSIVE ? OÙ POURRAIT-ELLE S’EXERCER ? SELON QUELLES MODALITÉS ?

Il est maintenant évident que la phase de façonnage est bien entamée, y compris dans le champ informationnel, afin de ménager l’effet de surprise sur les plans tant géographique que temporel, ce qui explique l’accroissement des actions de diversion et les propos contradictoires sur les délais de concrétisation de l’action principale de Kiev. Beaucoup a déjà été dit concernant les lignes de défense russes, et la manœuvre interarmes nécessaires à leur bréchage, puis à l’exploitation sur l’arrière des lignes. Mais il ne s’agit ici que de l’échelle micro-tactique. Dézoomons un peu : l’échelle opérative tout d’abord, celle à laquelle les opérations sont combinées dans le temps et l’espace pour atteindre les buts stratégiques fixées, n’est pas la moins floue. Le but politique est, de toute évidence, de reprendre l’ensemble des zones conquises depuis 2014, y compris, donc, la Crimée. Les Ukrainiens misent-ils sur une vaste et unique opération décisive ? Prévoient-ils plusieurs opérations simultanées et/ou une séquence d’opérations successives sur plusieurs mois ? Impossible de le dire. Remarquons néanmoins que la masse de manœuvre à leur disposition, bien qu’appréciable, ne permet guère d’envisager de vastes campagnes à cette échelle. Le général Milley, président du comité des chefs d’état-major américain a bien résumé la situation : « Les objectifs stratégiques de l’Ukraine sont de libérer toute l’Ukraine occupée par la Russie. Il y a plusieurs centaines de milliers de soldats russes dans les territoires occupés de l’Ukraine. Cet objectif peut être atteint militairement, mais probablement pas dans un avenir proche. » Le ministre de la Défense ukrainien Reznikov a d’ailleurs lui-même estimé que les capacités de cette contre-offensive sont « surestimées dans le monde », ce qui laisse penser que les Ukrainiens sont conscients qu’il n’atteindront pas leurs objectifs stratégiques sur cette seule opération… À moins d’un effondrement systémique du dispositif adverse. Cette remarque renvoie au niveau tactique « haut », à la nature des mécanismes de défaite utilisables. Rappelons que génériquement, il existe deux familles de modes d’action offensifs :
  • l’approche directe, employant des mécanismes de défaite d’annihilation ou d’usure, celle de la guerre des tranchées, employée par les Russes depuis le printemps 2022 ;
  • l’approche indirecte, une manœuvre dans la profondeur exploitant des vulnérabilités chez l’adversaire pour progresser vers un centre de gravité, cette manœuvre visant à provoquer la dislocation physique de son dispositif, la démoralisation de ses forces et in fine, la désintégration de son système militaire. On peut l’envisager localement (comme ce fut le cas à Kharkiv en septembre dernier) ou à l’échelle du théâtre.

Plusieurs principes ou guides à l’action militaire sont en général respectés pour espérer une opération réussie. Le principe de liberté de manœuvre, d’abord, implique de constituer une réserve suffisante (donc de plusieurs brigades), et celui de la surprise, ensuite, impose de créer des manœuvres de diversion crédibles. Ces exigences réduisent le nombre de brigades réellement utilisables pour l’offensive. En raison même de cette justesse des moyens disponibles, on peut sans doute exclure l’approche directe comme mécanisme principal.

QUEL AXE D’EFFORT PRINCIPAL DEVRAIENT CHOISIR LES UKRAINIENS ?

Le principe de concentration des forces commande, lui, d’obtenir une supériorité suffisante sur le ou les axes d’effort principaux. Il est aussi logique de penser que les Ukrainiens choisiront d’échelonner leurs forces : un premier échelon de bréchage, puis un second échelon d’exploitation mais aussi de flanc-garde de la pénétration. En bref, une approche indirecte ne semble pouvoir s’appliquer que sur un ou deux axes de pénétration. Il est même parfaitement envisageable qu’une opération de diversion se transforme en axe de progression d’importance. C’est là tout l’art du contrôle, de l’ajustement rapide au contexte.

La localisation de l’axe d’effort principal fait l’objet de nombreuses conjectures sur les réseaux sociaux. Un autre facteur est ici l’appréciation que se font le renseignement et les planificateurs ukrainiens du centre de gravité russe. Le plus évident est le pont terrestre entre la Russie et la Crimée, la fameuse route M14, dont la rupture mettrait en danger le ravitaillement sur l’ensemble de la région de Zaporijjia/Kherson. Deux options sont donc en général débattues :

  • Celle d’une prise de Melitopol, la plus souvent avancée, présente l’avantage d’un terrain bien adapté à la manœuvre et d’une défense moins dense que dans le Donbass. Elle se heurterait toutefois à la 58e armée (peut-être l’une des plus efficaces de l’armée russe et l’une des plus épargnées par l’offensive d’hiver), ainsi qu’aux réserves en arrière, sur le 4e front de Kherson. De plus, cette option s’apparenterait à une simple prise de flanc de l’ensemble du dispositif russe, pas forcément la plus déstabilisante.
  • L’option d’un axe Marioupol/Berdiansk est plus difficile en ce qui concerne le terrain et plus proche des champs de bataille du Donbass, réduisant les délais de bascule d’éventuelles réserves tactiques russes. Cependant, elle présente l’avantage de s’attaquer à la charnière des zones des deux groupes d’armées de Zaporijjia et du Donbass (donc compliquant la coordination des forces russes), sur la zone la moins profonde de l’occupation, et aurait un effet de levier systémique bien plus important sur la dislocation du dispositif de l’occupant. De plus, border la mer d’Azov démultiplierait les options de frappe sur les arrières russes dans la région de Rostov, qui est l’une des bases arrières cruciales de l’effort de guerre russe en Ukraine. Si les Ukrainiens se sentent suffisamment forts, ce serait l’axe le plus logique ;
  • Les autres options, notamment la percée de la ligne Kremina/Svatove dans le Lougansk, semblent moins payantes, en forçant une élongation sur un terrain difficile du dispositif ukrainien sur ses frontières nord-est vis-à-vis de la Russie. Une offensive se heurterait de plus au dispositif russe le plus dense, le plus facilement ravitaillable, même si l’état des forces y est très inégal, certaines ayant payé le prix fort de l’offensive d’hiver sur Bakhmout et Kremina.
Ordre de bataille russe partiel et axes possibles de progression d’une contre-offensive ukrainienne sur le front sud (source : Maciej Korowaj, 7:41 AM · May 15, 2023)
Ordre de bataille russe partiel et axes possibles de progression d’une contre-offensive ukrainienne sur le front sud (source : Maciej Korowaj, 7:41 AM · May 15, 2023)

QUELS SCÉNARII IMAGINEZ-VOUS POUR CETTE OFFENSIVE ? QUELLES EN SERAIENT LES IMPLICATIONS STRATÉGIQUES ?

Sur ces constats et observations, on peut dresser au moins trois scénarii.

Le premier scénario, optimiste, est celui d’un effondrement en cascade du front russe. L’offensive atteint ses objectifs sur l’axe de pénétration majeure générant, par effondrement du moral russe en parallèle, plusieurs ruptures sur d’autres endroits du front. La reconquête, plus rapide qu’anticipée, d’une portion majeure de la zone occupée rend la position russe intenable et ouvre la voie à un nouvel effort offensif, cette fois décisif – par exemple en direction de la Crimée. Ce scénario serait de nature à provoquer une décantation politique rapide à Moscou, dont les conséquences seraient imprévisibles. Soit le Kremlin renonce, accepte de replier ses forces, maquille son échec par la propagande et fourbit ses armes pour une revanche future. Soit il ne renonce pas, mobilise par exemple en catastrophe les conscrits, accentue son effort sur d’autres champs de bataille (par exemple naval), accroît ses velléités d’escalade, y compris nucléaire en cas de stress maximal. Soit il craque sous la pression, ouvrant une crise inédite depuis 1991 : révolution de palais, voire rupture dans le système de pouvoir, voire guerre civile, etc.

Le second scénario est celui d’une indiscutable victoire tactique ukrainienne, là encore récupérant des portions non négligeables de territoire. Cependant, les forces russes opposent suffisamment de résistance. De plus, l’armée ukrainienne n’est pas aussi efficace ou soutenue qu’escompté. Ainsi cette dernière dilapide ses ressources au bout de quelques semaines. Elle obtiendrait un succès dont la portée égalerait voire dépasserait ceux de l’automne dernier, mais qui ne parviendrait toutefois pas à déstabiliser l’ensemble du système de force russe. C’est dans ce contexte que l’on aboutirait mécaniquement à une baisse d’intensité des combats du fait de l’épuisement des belligérants et à ce fameux « gel du conflit », au moins transitoire, qu’anticipent les Occidentaux, et qu’espèrent Poutine et ses séides.

Le troisième scénario est celui d’un échec, même tactique, de l’offensive ukrainienne. Compte tenu de l’écart du rapport de force, il paraît de très loin le moins plausible. Il aboutirait de toute façon au même gel du conflit que le précédent.