« Le rapport de l’UE à la puissance est en train d’être bouleversé »

« Aux armes, Européens ! » C’est le titre de l’article que Pierre Haroche, spécialiste de la politique de défense de l’Union européenne (UE), publie dans le 3e volume du Rubicon, « Le réveil européen et transatlantique ». Pour appuyer ce constat, le chercheur rappelle les moyens mis en œuvre ces dernières années pour renforcer la sécurité européenne, et formule des propositions concrètes. C’est à la lumière des derniers événements qu’il revient sur ces thèmes essentiels, à l’occasion du débat stratégique organisé à l’IHEDN, le 15 novembre.

Qu’est-ce que la guerre juste ?

Ce vendredi 11 novembre, le GCA Benoît Durieux, Directeur de l’IHEDN et Mgr de Romanet, évêque aux Armées françaises, ont débattu sur un concept toujours d’actualité, formalisé dès l’Antiquité et que la tragédie de la guerre en Ukraine remet en lumière. Au-delà de ce que les religions prônent, et que les États devraient mettre en pratique, existe-t-il une façon de ne pas recourir à cette forme de violence exacerbée ? A l’heure des nouvelles conflictualités, de la guerre de l’information, au cyber en passant par la guerre hybride, que dire de la pertinence de ce concept ?

Les espaces maritimes face au triptyque compétition-contestation-affrontement.

En Octobre 2021, le général Burkhard, chef d’état-major des armées présentait sa « vision stratégique ». Il alertait sur une évolution profonde du contexte stratégique où la notion de conflictualité se complexifie pour devenir diffuse et permanente : « Avant, les conflits s’inscrivaient dans un schéma “paix-crise-guerre”. Désormais, c’est plutôt un triptyque “compétition-contestation-affrontement (…). À travers cette analyse, le général Burkhard pointe la nécessité d’adapter nos outils de défense à des formes de conflictualité en rupture avec le modèle pour lequel nos armées ont été calibrées.

Par leur spécificité et leur importance grandissante, les espaces maritimes sont en première ligne face à cette nouvelle dynamique des rapports de force, où une multitude d’acteurs ont recours à des stratégies hybrides, pour provoquer un bouleversement des équilibres existants, sans nécessairement passer par un conflit ouvert.

Jean Peeters :
« la cybersécurité, loin d’être un acquis, doit demeurer un objectif »

Si pour de nombreux utilisateurs le numérique ressemble à un monde virtuel, il n’en reste pas moins qu’il s’appuie sur une couche matérielle, avec des infrastructures souvent transfrontalières. Jean Peeters, titulaire de la Chaire cyber et souveraineté numérique de l’IHEDN décrypte les recommandations de la Commission européenne dans le domaine réglementaire et législatif pour renforcer […]

Alexandra Goujon : « L’Ukraine, entre sujet et objet de l’Histoire ».

Pour son premier débat stratégique organisé depuis la rentrée, l’IHEDN choisit un sujet d’actualité : l’Ukraine. Alexandra Goujon est l’auteure de L’Ukraine de l’indépendance à la guerre, publié aux éditions Le Cavalier bleu, dans la collection Idées reçues. L’essentiel de son intervention autour de 5 idées reçues.

« Les enjeux maritimes touchent directement nos populations »

Le vice-amiral d’escadre (2s) Gérard Valin est chef de la majeure « enjeux et stratégies maritimes » à l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN). Ancien amiral commandant la zone maritime océan Indien, il décrypte les évolutions actuelles du domaine maritime, devenu un espace de confrontation.

Marc Watin-Augouard :
« la cyber-insécurité va augmenter en quantité, en qualité »

Octobre est le mois européen de la cybersécurité. Depuis dix ans, les institutions de l’Union européenne profitent de cette période consacrée, pour mener des actions de sensibilisation destinées à promouvoir et renforcer la cybersécurité. Le général d’armée (2S) Marc Watin-Augouard, chef de la majeure « souveraineté numérique et cybersécurité » à l’IHEDN, décrypte les évolutions actuelles de […]